I'm a title. Click here to edit me

J'espérons que je m'en sortira

Lectures buissonnièressuis un Titre. Double-cliquez moi.

""Où l'on découvre avec le sourire et pas mal d'émotion que des rédactions d'enfants peuvent être lues en public comme n'importe quel chef d'oeuvre ! Tirées de l'ouvrage de Marcello d'Orta qui a réuni au cours des années 80 les plus incroyables rédactions de ses élèves de la banlieue napolitaine, ces lectures buissonnières se jouent en solo ou en duo."

 

 

Le livre

Marcello d'Orta a enseigné durant une dizaine d'années dans le village d'Arzano, en périphérie de Naples. Dans son ouvrage «J'espérons que je m'en sortira», il nous donne à partager un peu de cette expérience en compilant une soixantaine de rédactions écrites par les enfants qui ont fréquenté sa classe.

Rédigés dans une langue explosive qui ignore la bienséance, ces devoirs d'écriture restituent à merveille la Naples éternelle, l'Universelle, où se côtoient la misère et l'espoir, la Mafia et les «vraies mamans», l'innocence et les noirceurs de l'âme...

A travers des thèmes parfois graves, l'instituteur nous donne accès à la spontanéité et à la force de ces enfants de huit ans, qui malgré les conditions de leur milieu, témoignent d'une énergie et d'un humour propres à l'enfance seulement.

 

Coup de foudre

Pourquoi «J'espérons que je m'en sortira» ?

Parce que ce matériau littéraire inhabituel est bouleversant de sincérité.

Parce qu'il se prête à merveille à l'exercice de l'oralité.

Parce que c'est frais, pétillant et troublant.

Parce que ces mots d'enfants, dans leur candeur, racontent avec justesse un quotidien qui nous paraît bien peu enfantin. En nous projetant dans cette réalité-là, ils nous amènent à apporter un nouveau regard sur nos souvenirs d'enfance.

 

La musique

Elle apparaît lors d'interludes. C'est un souffle, une respiration. Un moment intérieur pour revenir sur ce qui a été lu ou pour ne plus penser à rien. Le musicien n'est pas sur scène : il a sa tanière, il a sa lumière, quelque part au milieu du public. L'écouter, c'est être là, avec lui, et sentir le chemin de chaque note, la fantaisie de chaque croche.

 

Les artistes

Samuel Arnoux est musicien, conteur, compositeur, auteur (chansons, nouvelles), et comédien à ses heures, au sein de divers projets de la Compagnie des Tubercules. Dans ce spectacle, il lit sa sélection de textes tirés de «J'espérons...», le plus simplement du monde, sans autres artifices que ceux que sa voix lui permet, afin d'approcher au mieux la saveur de ces mots d'enfants.

 

Vincent Bader, est accordéoniste, pianiste et violoniste. Il s'illustre notamment dans le duo Pitchi Poï. Ici, c'est à lui que reviendra de sonner l'heure des récréations pour revisiter un répertoire "de cancre", art populaire, non-écrit, non-savant, la simplicité brute et frémissante des mélodies et des rythmes de l'Italie du Sud...

 

 

 

 A partir de 15 ans

Durée du spectacle :

1h

 

Contact

Samuel Arnoux

mandjougou@free.fr - 06 52 85 91 50

 

Un spectacle polymorphe

En raison du calibre court des textes et de leur regroupement en séquences, la représentation est modulable à l'envi, selon les circonstances. Tout est envisageable : lire dans différents lieux, en plusieurs parties, entractes, balades...

C'est un peu à la carte !

 

 

Ateliers d'écriture

Vous avez la possibilité de coupler la représentation avec un atelier d'écriture animé par Samuel Arnoux, adressé aux classes de CM1 et CM2. Voici un résumé de son contenu.

«A partir des textes les plus flamboyants du livre, les élèves prennent du recul sur leur quotidien, sur leur réalité. Ils apprennent à y dénicher le pittoresque et cherchent à le retranscrire par l'écriture, en privilégiant les personnages, l'anecdote et la cocasserie du détail.»

 

Pour plus d'informations sur les ateliers, demandez-nous la documentation.

 

 

Technique 

Pas de fiche technique pour ce spectacle.

Il se joue pour de petites jauges dans des lieux intimistes,, en extérieur ou en intérieur, le plus naturellement du monde.